Home

That Hypnosis Never Meant Sleep

It is a very widespread common misconception that hypnotism involves a state resembling unconsciousness or sleep.

This can be largely attributed to the fact that the word “hypnotism” derives from hypnos, the Greek word for sleep.

However, few people realise that the word “hypnotism” is actually an abbreviation for the longer term “neuro-hypnotism”, meaning sleep of the nervous system, as opposed to normal sleep.

It was coined around 1841 by James Braid, the Scottish surgeon whom many authorities consider to be the founder of hypnotherapy.

Braid simply meant that hypnotic subjects would typically become physically relaxed and engrossed in a single idea to the exclusion of any distractions. Indeed, according to its founder, hypnotism was better characterised as a state of conscious concentration rather than unconsciousness.

[…]

Three Brains – Thinking to Doing to Being

Joe Dispenza, D.C. has lectured in 24 countries on six continents, educating people about the role and function of the human brain. He has taught thousands of people how to reprogram their thinking through scientifically proven neuro-physiologic principles.

As a result, this information has taught many individuals to reach their specific goals and visions by eliminating self-destructive habits.

[…]

Les neurosciences révèlent le pouvoir de l’inconscient

Article paru au journal du CNRS. Ci-dessous l’intégralité de l’article.

Les neurosciences révèlent le pouvoir de l’inconscient« Je pense donc je suis », disait Descartes.

Loin de vouloir mettre à mal la théorie cartésienne, force est de constater que la majorité de nos actions sont inconscientes. Ou plutôt « non conscientes », tient à préciser Marc Jeannerod, directeur de l’Institut des sciences cognitives 1.

« Lorsqu’on freine devant un obstacle en voiture, heureusement qu’il ne s’agit pas d’une action consciente, insiste le chercheur. Le temps de prendre la décision consciemment, et on l’aurait heurté ! » Car oui, être conscient, cela prend du temps ! Du coup, l’inconscient revêt une importance dans nos comportements que l’on ne soupçonnait pas.

Bien plus qu’un simple appui à la conscience, il aurait une part prépondérante dans tous les processus cognitifs : 90 % de nos opérations mentales seraient inconscientes !

[…]

Le cerveau, créateur de temps

Virginie Van Wassenhove a reçu son doctorat en neurosciences et sciences cognitives à l’université du Maryland (USA) en 2004.

Elle a poursuivi ses recherches postdoctorales à l’université de californie à San Franciso d’abord puis à Los Angeles et enfin à Caltech.

[…]

Neurophysiologie

Comment l’hypnose agit sur le cerveau

Neurophysiologie – par Marie-Élisabeth Faymonville, Pierre Maquet, Steven Laureys dans mensuel n°392  du magazine La Recherche en 2005.

 

Entrepris il y a une dizaine d’années, les travaux de neuro-imagerie apportent déjà plusieurs résultats importants. Ils prouvent que l’hypnose modifie bien le fonctionnement cérébral. Et ouvrent de nouvelles pistes pour comprendre les mécanismes cérébraux de la douleur.

Comment objectiver l’hypnose ? Depuis le XVIIIe siècle, les scientifiques qui se penchent sur cette question se heurtent à un problème de taille : les sujets sous hypnose sont-ils ou non dans un état neurologique particulier, comme le prétend dès le XVIIIe siècle le médecin viennois Franz Mesmer, suivi, à la fin du XIXe siècle, par le neurologue français Charcot ? Ne sont-ils pas uniquement en proie à la force de leur imagination ? C’est ce que soutient, à l’époque de Charcot, le professeur de médecine Hyppolite Bernheim de l’université de Nancy. Certes, leur corps semble relâché et ils se soumettent à des suggestions… Mais sont-ils pour autant dans un état neurophysiologique spécifique ?

[…]

Aller à la barre d’outils